Actualités Pétitiions

Des femmes et des enfants punis pour des crimes qu’ils n’ont pas commis

Monsieur l’Ambassadeur,

Alors que l’Irak tente de se reconstruire après avoir été lourdement marqué par la guerre contre le groupe armé se désignant sous le nom d’État islamique (EI), les souffrances des Irakiens sont bien loin d’avoir pris fin.

Des femmes et des enfants soupçonnés d’avoir des liens avec l’EI sont sanctionnés pour des crimes qu’ils n’ont pas commis : ils sont privés d’aide humanitaire, de nourriture, de soins de santé et de documents d’identité en raison de leurs liens présumés avec l’EI.

Les femmes qui ont perdu leurs conjoints au conflit sont facilement qualifiées de «veuves de l’EI» après avoir perdu leurs conjoints au conflit, elles sont désignées comme boucs émissaires. Il suffit d’un lien lointain à quelqu’un ayant fui une zone contrôlée par l’EI ou soupçonné d’avoir travaillé comme non-combattant pour l’EI.

Ces femmes et ces enfants voient par ailleurs leur liberté de mouvement limitée, se retrouvant ainsi confinés dans des camps où il règne un climat de discrimination généralisée et où les violences sexuelles sont fréquentes.

Ce châtiment collectif humiliant ne peut en aucun cas permettre de bâtir une paix juste et durable. Par conséquent, je vous demande de veiller à ce que les femmes et les enfants soupçonnés d’être attachés à l’EI
– aient accès, au même titre que le reste de la population, à l’aide humanitaire, aux soins de santé et à des documents d’état civil
– soient autorisés à se déplacer librement à l’intérieur et à l’extérieur des camps, et à retourner chez eux sans risque d’être attaqués, arrêtés ou menacés.

Enfin, je vous demande de protéger les femmes contre les violences sexuelles et les discriminations et de veiller à ce que les auteurs de ces abus répondent de leurs actes.

Je vous prie d’agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de ma haute considération.

Des femmes et des enfants punis pour des crimes qu’ils n’ont pas commis

  

Monsieur l’Ambassadeur,

Alors que l’Irak tente de se reconstruire après avoir été lourdement marqué par la guerre contre le groupe armé se désignant sous le nom d’État islamique (EI), les souffrances des Irakiens sont bien loin d’avoir pris fin.

Des femmes et des enfants soupçonnés d’avoir des liens avec l'EI sont sanctionnés pour des crimes qu’ils n’ont pas commis : ils sont privés d’aide humanitaire, de nourriture, de soins de santé et de documents d’identité en raison de leurs liens présumés avec l'EI.

[your signature]

0 signatures

Partagez avec vos amis: